Paris Attacks
Après Paris, c’est de raviver l’esprit des Lumières

Après Paris, c’est de raviver l’esprit
des Lumières

In French and English: read spiked’s response to the Paris attacks.

Read Brendan O’Neill’s response to the Paris attacks in French, or in English further down.

Moins de 24 heures après la barbarie de Paris, les corps de plus de 120 spectateurs, de fêtards du vendredi soir, et d’enfants ne sont pas encore froids, et la culture de l’excuse se fait déjà entendre. Ils n’ont même pas pu attendre une journée entière, ces idiots utiles, dont la réponse immédiate à chaque acte de terrorisme est de demander ce que le méchant Occident a fait pour le mériter ou de proclamer que ce que le méchant Occident fera en réponse ne fera qu’empirer la situation. A croire que le simple fait que nous existons nous rend dignes d’être assassinés, et ce encore plus si nous répondons à ces assassinats, soit policièrement chez nous, soit militairement à l’étranger.

On est perdants à tous les coups—si on ne fait rien, et si on répond. Nos citoyens doivent mourir, car nos nations sont des méchantes.

Pour l’instant, cette culture de l’excuse, la haine de soi gauchisante qui fait dire “Mais bien sûr qu’ils nous attaquent,” est encore sporadique. On le voit dans les chroniques du Guardian qui nous expliquent doctement que ces attaques sont le produit d’un “chômage des jeunes élevé” et de “discrimination raciale contre les arabes et les africains [en France]”, un argument qui se fait passer pour de la compassion de gauche mais est en réalité nauséabond et raciste, car signifiant que ces Arabes et Africains ont si peu de la responsabilité morale dont nous les Blancs bien éduqués jouissons, qu’ils n’ont d’autre choix que de mitrailler des dizaines de gens, comme réponse pavlovienne à leurs difficultés personnelles. C’est un argument tordu qui n’explique absolument pas pourquoi des générations précédentes de gens soumis au chômage ou à la discrimination n’ont pas répondu en prenant en otage des jeunes à un concert de rock avant de les massacrer.

On voit cette culture de l’excuse chez un chroniqueur de gauche, qui se réjouit de manière presque sanguinolente que “les Occidentaux reçoivent enfin un petit aperçu de la peur que les gens d’autres nations ont subi pendant des générations” à cause de nos actions militaires à l’étranger. Et oui, c’est vrai, de quoi se plaint la famille de quatre personnes massacrée à sa table de restaurant dans le 11ème arrondissement ? Il est enfin temps qu’eux, et nous, connaissions cette douleur. On la voit dans le French-bashing, avec ce politicien irlandais qui déclare que le massacre était “terrible pour les victimes, mais”—mais—“quand est-ce que la France s’abstiendra de son rôle dans la militarisation de la planète?” On la voit dans les peurs déjà exprimées d’une possible réponse islamophobique aux attaques, avec des observateurs craignant “qu’il pourrait y avoir une réaction, principalement motivée par la confusion et la crainte.” C’est devenu une habitude après chaque attaque terroriste : la première réponse de nos éditorialistes si compassionnels n’est pas pour les victimes bien réelles du terrorisme bien réel, mais pour les possibles victimes d’un soulèvement populaire qui n’existe que dans leurs imaginations. Ceci, aussi, nous montre la profondeur de cette haine de soi qui existe en Occident, où la peur des élites politiques et médiatiques est toujours liée au comportement de leurs sociétés, de ce qu’ils voient comme une masse “confuse et craintive”. Ils condamnent le terrorisme, oui—mais fondamentalement, ils haïssent et ont peur des sociétés où ils vivent, des gens qui les entourent.

Pour l’instant, c’est sporadique—ces suggestions que la France méritait bien cette attaque, que nous les Occidentaux nous avons besoin d’un “aperçu de peur”, que le problème n’est pas ceux qui massacrent 120 personnes mais nos propres populations bovines qui auraient une volonté de violence bien plus forte—mais pas pour longtemps. C’est maintenant le propos qui suit chaque attaque terroriste en Occident. On l’a entendu après le massacre à Charlie Hebdo (ils étaient grossiers, ils s’attendaient à quoi?), jusqu’aux attentats du 7 juillet de Londres (beaucoup ont mis la faute sur la politique étrangère britannique), jusqu’au 11 septembre même (un éditorialiste du Guardian l’a décrit comme une revanche naturelle contre ce que l’Amérique a “perpétré dans beaucoup d’endroits du monde”).

Ce qu’on entend de la part de nombreux commentateurs de gauche et de parties importantes de la classe politique est toujours que l’Occident, à cause de son arrogance, de sa modernité, de son prétendu racisme, de son histoire trouble, cherche ces attaques, en a besoin, et doit changer à cause d’elles ; l’Occident doit s’excuser, s’auto-flageller, s’auto-dénoncer.

Et c’est précisément cette réaction, cette confusion morale de l’Occident moderne, qui donne un feu vert aux groupes terroristes ou aux individus qui veulent nous punir. C’est une invitation aux attaques. Ce jeu entre la haine de soi de l’Occident moderne et le nihilisme des groupes islamiste est frappant. Ils sont une expression brutale, violente d’un dégoût pour le monde moderne qui a ses origines dans les universités, les cercles politiques et les élites médiatiques de l’Occident, autant que dans des territoires instables du monde musulman. En effet, de nombreuses attaques en Occident depuis les 15 dernières années ont été accomplies par des gens nés ou éduqués en Occident. Mais même si les attaquants ont des passeports étrangers et sont rentrés en Europe par les migrations récentes depuis la Syrie, comme, paraît-il, un des attaquants de Paris, ce n’est pas le fait qu’ils sont étrangers qui est le plus important. Ce qui frappe le plus c’est le mariage maléfique qui existe aujourd’hui entre les jeunes nihilistes attirés par des sectes anti-modernes, anti-Occident comme Daesh, et la haine de soi anti-moderne et anti-Occident de l’Occident même. Voilà leur complémentarité horrible, terrifiante.

Après Paris, nous verrons probablement l’émergence des deux réponses habituelles au terrorisme. D’un côté, on dira que nous devons être plus impitoyables encore sur les éléments étrangers qui veulent nous tuer, et qu’ils continuent donc à nous tuer ; de l’autre, on dira que nous ne sommes pas assez gentils avec les minorités de notre nation et des autres, surtout les musulmans, et qu’ils veulent donc nous tuer. Les deux côtés externalisent, ou internationalisent, ce qui est en réalité le produit d’une corrosion de la confiance en soi et des valeurs de l’Occident. Un processus d’apaisement culturel par lequel nos nations, se sentant de plus en plus éloignées de leurs racines des Lumières—la liberté, la démocratie—acquiescent de plus en plus à des manières de penser dangereuses et destructrices. On refuse de critiquer l’islamisme sous peine d’être dénoncé comme islamophobe; on ne ressort plus les textes ou les idées des Lumières de peur d’être accusé de moralisme; on dénonce les écoles qui promeuvent des valeurs chrétiennes mais ne célèbrent pas les “autres cultures,” en particulier l’islam; de mille manières on donne un feu vert à l’émergence instinctive de groupes et de points de vue qui ne font pas que se comparer à l’Occident, mais en viennent à le mépriser. “Pourquoi nous haïssent-ils ?” a-t-on demandé après le 11 septembre. Une meilleure question à poser serait : pourquoi nous haïssons-nous nous-mêmes ?

Il faut en finir avec cet apaisement culturel. Oui, chacun a le droit de dire ce qu’il veut. Et ceux qui ont la charge de diriger la direction politique et morale de nos nations censément libres et tolérantes doivent parler précisément au nom de ces valeurs des Lumières. Sans excuses, sans componction, avec jugement, férocement. Lancer des bombes sur des fous en Syrie ou submerger les communautés musulmanes chez nous d’encore plus de pitié compassionnelle—les deux réponses qu’on nous propose à chaque attentat terroriste—ne fera pas grand-chose pour remplir le vide moral qui existe aujourd’hui en Occident, un vide moral où des gangs de barbares s’engouffrent.

Après Paris, commençons déjà par refuser l’hésitation. “Il est trop tôt pour parler de cette attaque”, disent certains à gauche qui se préparent déjà à nous dérouler le même discours de haine de soi. Mais il n’est pas trop tôt. C’était un acte méprisable, une attaque sans nom. Ni le militarisme de la France, ni une prétendue “islamophobie” ne peuvent le justifier. Rien ne peut la justifier. C’était une attaque non seulement contre le bon peuple de Paris mais contre toute personne qui veut vivre sans peur dans une société libre et ouverte. Maintenant, il faut de nouveau renforcer ces valeurs de liberté et d’ouverture, de manière réelle et directe, de manière colérique s’il le faut. Et ainsi, réduire ce vide moral où des islamistes nihilistes ont pu planter leur drapeau sanguinolent. Assez d’apaisement culturel; maintenant, battons-nous—battons-nous vraiment—pour les Lumières.

With thanks to Atlantico magazine for the French translation.


After Paris

That’s enough cultural appeasement; let’s fight for the Enlightenment.

Less than 24 hours after the barbarism in Paris, the bodies of more than 120 concertgoers, Friday-night revellers and children barely cold, and the apologism has already begun. They couldn’t even wait a whole day, these cultural appeasers, whose kneejerk response to every act of terrorism is to ask what we the wicked West did to deserve it, or to argue that we the wicked West will make things worse with our response to it. The simple fact of our existence makes us ripe for murderous assault, apparently; and the folly of responding to such assaults with either police activity at home or military activity abroad makes us riper still for attack. We’re damned if we stay still, damned if we take action. Our citizens must die because our nations are nasty.

Right now, the apology for terror, the liberal self-loathing that says ‘Of course they attack us’, is sporadic. It’s in the Guardian commentary arguing that such attacks are a product of ‘high youth unemployment’ and ‘racist discrimination against Arabs and Africans [in France]’, a foul racist argument masquerading as progressive empathy, which implies that such Arabs and Africans are so lacking in the moral autonomy enjoyed by us well-educated whites that they have no choice but to gun down scores of people as a kneejerk, Pavlovian response to individual difficulty. It’s a warped line of argument which has no answer whatsoever for why earlier generations of the unemployed or racially demeaned did not take hostage youths at a rock concert and then massacre them.

It’s in a left-wing commentator’s almost bloodthirsty celebration that ‘Westerners are finally being given just a small taste of the constant fear that people from other nations have endured for generations’ as a result of our military actions abroad. Yes, what does the family of four massacred at their restaurant table in the 11th Arrondissement expect? It’s about time that they, and us, felt such agony. It’s in the France-bashing, with one Irish politician arguing that the massacre was ‘terrible for the victims, but’ — but — ‘when is France going to stop its role in the militarisation of the planet?’. It’s in the already emerging handwringing about a possible Islamophobic response to the attacks, with observers fretting that ‘there could be a backlash, largely driven by confusion and anxiety’. This has become routine after every terror attack: the first response of concerned observers is not with the actual victims of actual terrorism but with possible victims of a moronic mob uprising that exists entirely in their imaginations. This, too, speaks to a profound self-loathing in the West, where the media and political elite’s fear is always how their own societies, and what they see as their inscrutable fellow citizens, a ‘confused and anxious’ mass, will behave. They condemn the terrorism, yes — but they fundamentally fear and loathe the societies they live in, the people they live among.

Yet while it might be sporadic now — this musing that France deserved the attack; that we Westerners need a ‘taste of fear’; that the problem is not those who massacre 120 people but our own bovine native populations who allegedly harbour a far greater violent urge — it will spread. It is now the narrative that follows all acts of terrorism in the West. From the massacre at Charlie Hebdo (they were offensive, so what did they expect?), back to the 7/7 bombings (widely blamed on British foreign policy), to 9/11 itself (described by a Guardian writer as natural payback for what America has ‘visited upon large parts of the world’): the story from leading liberal observers and significant sections of the political class is always that the West, by being cocky, modern, allegedly racist, and with a chequered history, invites these attacks, needs them, must change its ways in response to them — must apologise, self-flagellate, denounce itself.

And it is precisely this response, this moral disarray in the modern West, which acts as a green light to terrorist groups or individuals to punish us. It’s an invitation to assault. The interplay between the self-loathing of the modern West and the nihilism of Islamist outfits is striking. They are a brutal, violent expression of a disgust for the modern world that has its origins in the universities, political circles and media elites of the West itself as much as in volatile, unstable territories in the Islamic world. Indeed, many of the attacks in the West over the past 15 years have been carried out by people either born in or educated in the West. But even if the attackers have foreign passports and got into Europe via the recent influx from Syria — as one of the Paris suicide bombers allegedly did — it’s not their foreignness that is important so much as the unholy marriage that now exists between the nihilistic youths drawn to anti-modern, anti-Western death cults like ISIS and the anti-modern, anti-Western death wish of the West itself. Terrifyingly, horrifically, they are complementary.

Post-Paris, we are likely to see the forging of the two usual responses to terrorism. One side will argue that we aren’t tough enough on the foreign elements that long to kill us, and therefore they continue killing us; the other side will argue that we aren’t nice enough to minority communities within our own and other nations, especially Muslims, and thus they will want to kill us. Both sides internationalise, or externalise, what is in truth a product of the corrosion of Western values and confidence; of a process of cultural appeasement, where, feeling ever more estranged from the liberal, democratic, Enlightened foundations of our nations, our societies now acquiesce to the rise of dangerous, destructive ways of thinking; refuse to criticise Islamist ideas on campus for fear of being branded Islamophobic; balk from bigging up Enlightenment texts or ideas lest they be accused of being morally judgemental; denounce schools that cleave to Christian values and don’t celebrate ‘other cultures’, particularly Islam; and in other ways give a green light to the instinctive emergence of groups and outlooks which not only self-consciously juxtapose themselves to the West but which come to despise the West. ‘Why do they hate us?’, people asked after 9/11. Better question: why do we hate ourselves?

The cultural appeasement must end. Yes, everyone can argue for whatever they like. And those charged with directing the political and moral make-up of our supposedly liberal, free nations must argue for precisely those Enlightened values — unapologetically, judgementally, fiercely. Bombing death cultists in Syria or heaping further paternalistic pity on Muslim communities at home — the two proposed responses to all terrorism — will do little to solve the moral vacuum in the West into which backward, barbaric gangs are moving. Let’s start by refusing to be hesitant after Paris. ‘It’s too soon to comment on this attack’, say some liberals, who are really biding their time before trotting out the usual self-loathing narrative. But it isn’t too soon. This was a despicable act, an unspeakable assault. Neither French militarism nor alleged ‘Islamophobia’ comes even close to justifying it. Nothing does. And it was an attack not only on the good people of Paris but on everyone who values living in a free and open society where fear has no place. Let us now refortify those values of freedom and openness, in a real and direct way, angrily if we must, and in the process shrink the moral vacuum in which nihilistic Islamists have been able to place their bloody flag. That’s enough cultural appeasement; fight — really fight — for the Enlightenment.

This piece is based on remarks made by Brendan O’Neill at a debate in Stockholm on 14 November 2015.

Brendan O’Neill is editor of spiked.

Picture by: Christopher Furlong / Getty Staff

For permission to republish spiked articles, please contact Viv Regan.

Comments

comments powered by Disqus